Appel à communications du CR31 Sociologie de l’enfance – AISLF XIXe Congrès – Rabat, 2-6 juillet 2012

rabat_annonce.jpg

Association internationale des sociologues de langue française
XIXe Congrès – Rabat, 2-6 juillet 2012

Appel à communications du CR31 Sociologie de l’enfance

L’enfance incertaine

L’enfance dans un monde incertain
L’incertitude, souvent déclinée par la sociologie contemporaine en termes de risque et d’épreuves, constitue également un défi, une source de renouvellement ou d’innovation et une condition dense de potentialités, tout comme les transformations sociétales, scientifiques, politiques, individuelles. L’enfance suscite ainsi actuellement nombre d’attitudes ambivalentes entre inquiétude et fascination. Comment ces défis et incertitudes contribuent-ils à dessiner de nouveaux contours de cet objet ?
Des débats émergeant dans des domaines aussi divers que ceux de l’éducation, de la consommation, de la santé, de la justice ou de l’environnement montrent que les incertitudes liées tant au vacillement des normativités qu’à l’émergence de nouveaux risques, rencontrent des préoccupations plus anciennes autour de la vie des enfants. Ces croisements renforcent et modifient les perceptions et les réponses qui y sont données, que ce soit dans le domaine privé ou public. On peut donc s’interroger sur les modes dont le politique et le social investissent les incertitudes liées à l’enfance et à leurs conséquences dans le quotidien des enfants Quels sont les vulnérabilités et risques actuellement associés à l’enfance ? Comment des politiques publiques et des pratiques institutionnelles sont-elles censées y répondre ? Et comment cette culture de l’inquiétude contribue-telle à dessiner de nouveaux contours de l’enfance ? On pourra également s’interroger sur la manière dont le risque est réapproprié par les enfants pour se mettre à l’épreuve, se construire et maîtriser les incertitudes de l’existence. Comment se transforme la fragilité en force, comment se retourne l’enfant en danger en enfant dangereux ?

Les savoirs sur l’enfance et la production d’incertitude
Les enfants sont également sous les feux croisés de nombreux spécialistes dont les représentations et recommandations sont en conflit ou en compétition. La circulation de ces savoirs experts, la vulgarisation, leur réappropriation, les effets d’interaction avec des savoirs profanes, les grands débats sociétaux contribuent à produire contradictions, dissonances et hésitations chez les acteurs sociaux. Nous interrogerons ces productions discursives, la manière dont les enfants et ceux qui s’en occupent s’orientent entre des injonctions parfois contradictoires, jugulent l’incertitude, reconstruisent des repères et opèrent des choix.

Les incertitudes relatives au statut d’enfant
Savoirs et politiques sont également au cœur des controverses autour de la définition de l’enfance. À quel moment commence et finit l’enfance ? Comment sont construites et reconstruites, par les acteurs, les frontières de l’enfance et au sein de l’enfance ? La diversité des vies enfantines selon les sociétés (cf. l’expérience des enfants travailleurs ou encore des enfants soldats) ne donne pas les mêmes contours à cet âge de la vie et impose de découvrir comment se conjuguent ces enfances plurielles avec les inégalités sociales et de genre. D’autres débats portent sur la disparition de l’enfance, sur le prolongement de l’adolescence ou encore sur l’émergence de nouveaux groupes d’âge. L’incertitude autour des frontières de l’enfance semble en outre s’étendre en amont même de la naissance : l’aide médicale à la procréation, les nouvelles techniques de dépistage prénatal, les technologies de manipulation du vivant introduisent des distinctions entre différentes dimensions de la parentalité et de la filiation, produisent de nouvelles représentations de l’enfant à venir, mais aussi des incertitudes relatives au statut de ces entités, comme les fœtus et les embryons, qui acquièrent une plus grande visibilité sur la scène sociale.

Les épreuves et rites face à l’incertitude
Cette incertitude qui entoure l’enfant et son humanité constitue l’occasion d’un dialogue renouvelé avec l’ethnologie pour comprendre comment, au sein de différentes sociétés, des pratiques, quotidiennes et festives (morales éducatives et sanitaires, techniques du corps, rituels, images et objets des médias et de l’industrie culturelle, etc.), traitent, par l’enfant, l’incomplétude de tout être humain. Nous questionnerons aussi la manière dont, dans les différentes sociétés, des rites de passage sont pratiqués, renouvelés ou investis de sens nouveau, afin de marquer les scansions entre les âges et entre les différentes étapes de l’enfance.

L’incertitude se niche enfin dans la multiplicité des temps et dans la diversité de leurs croisements. Elle interroge ces visions d’avenir que les enfants sont censés incarner, surtout quand, pour cause de conflits, de guerres, de précarité, de migrations, le futur est incertain. L’incertitude concerne également le passé, le temps long de la transmission, les zones floues et reconstituées des mémoires d’enfance et des oublis socialement produits. Cette dimension temporelle longue, avec ses aléas et sa fécondité heuristique, intervient également dans les modalités de la recherche en termes de paradigmes scientifiques, de traitement des résultats, de méthodologie.

Correspondant-e : Régine SIROTA
regine.sirota@parisdescartes.fr

Les propositions doivent être en rapport avec la thématique du CR ou du GT et s’articuler avec celle du Congrès.
Elles ne doivent pas être envoyées directement aux CR ou aux GT, mais soumises en ligne sur le site http://congres2012.aislf.org.


Hejoaka

renseignements biographiques

More Posts